Critiques

Le ciné-club s’essaye à la critique !
Qu’il s’agisse des films vus à Cannes ou pendant l’année, retrouvez ici l’avis des membres du club, celles et ceux qui assurent chaque semaine les séances.

Bande de Filles de Céline Sciamma

Quinzaine des réalisateurs

bande-de-filles-girlhood-22-10-2014-4-g

J’ai résisté à l’envie de mettre Rihanna à 230 dB dans les oreilles pour écrire ces quelques lignes sur la dernière création de Céline Sciamma. Et pourtant, croyez-le ou non, c’eût été de circonstance !
Après ses pieuvres naissantes et son joli Tomboy, on passe 1h52 en compagnie d’une très chouette Bande de filles, violentes et vivantes.

On retrouve La Haine (avec plus de filles !), Fish tank (sans poisson rouge), The we and the I (à pied), L’esquive (sans Beaumarchais), avec toutes leurs qualités individuelles et plus encore.
Chose étonnante, la palette de sa chef-opératrice, Crystel Fournier, fixe à mon avis mieux que La vie d’Adèle la couleur qui motivait le film : Bande de filles montre sans conteste que « le bleu est une couleur chaude ». Les sweats à capuche, les murs, les fringues volées, les lumières de la banlieue font vibrer toute la cité dans une atmosphère bleu électrique.

Coups de cœur complètement personnels et subjectifs :

– ce plan où l’actrice principale, Karidja Touré, réussit à dégager une puissance impressionnante alors qu’elle est simplement cadrée de dos face à sa vaisselle
– un karaoké de Diamonds (Rihanna) que l’on n’est pas près d’oublier
– la beauté de tous ces corps de filles qui se foutent sur la gueule, qui se défendent et se battent, et qui dansent, aussi

Chronique bourrée de vie et de talent de la banlieue au féminin.

LE 22 OCTOBRE 2014, FONCEZ !

-Daphné.

Whiplash de Damien Chazelle

Quinzaine des réalisateurs

Whiplash-Teller-drumming

Acclamé par le jury et le public au dernier festival de Sundance, le film de Damien Chazelle témoigne d’une rare puissance. Servi par une bande son impeccable et une force rythmique impressionnante, il parvient à mettre en image l’effort acharné dont naît la musique et se nourrit la virtuosité. La photographie, aiguisée, et le montage, percutant, participent de cette narration haletante qui sait allier tension dramatique et soupirs humoristiques.

L’interprétation des deux acteurs principaux, Miles Teller (lui-même musicien) et Jonathan K. Simmons, est juste mais s’efface derrière le travail de cadrage et de réalisation. Enfin, la dernière scène est à couper le souffle : nombreux sont les spectateurs – et j’en fais partie – à avoir peiné pour se relever et quitter leur siège.

Pour autant, un bémol demeure. Si l’invitation au dépassement de soi et la recherche de l’excellence sont clairement au programme, les méthodes à employer laissent une note amère. Sacrifices extrêmes et humiliations sont-ils indispensables ?

Sortie nationale le 24 décembre 2014.

-Bélinda.

Canada Morrison (Ciencias Naturales) de Matias Lucchesi

Écrans Juniors

Ciencias_Naturales_imgsize_M

Ce film, court (1h11) et d’une grande sobriété, excelle en bien des points. L’intrigue est simple : une jeune fille part à la recherche de son père, qu’elle ne connaît pas. Pour autant, le traitement dramatique est impeccable : conduite comme une enquête policière, avec son lot d’indices, d’informateurs, et de fausses pistes, l’histoire se déroule sans pesanteurs, jusqu’au dénouement qui parvient, tout à la fois, à satisfaire pleinement d’un point de vue narratif et à nourrir une réflexion nuancée sur la question de la famille et des origines.

Servi par une photographie très réussie, le film tire grandement profit du jeu des deux actrices principales : Paula Galinelli Hertzog (déjà vue dans El premio de Paula Markovitch, 2011), qui interprète Lila, et Paola Barrientos, actrice argentine connue pour ses rôles au théâtre et dans des séries télévisées, qui incarne l’institutrice. Avec complicité et intimité, mais aussi beaucoup de justesse et de pudeur, leur jeu donne à voir des personnages, féminins en l’occurrence, à des moments clés de leur vie.
Un film qui rappelle que dans la vie, le chemin est souvent plus important que l’arrivée. À voir absolument.
Sortie nationale le 3 septembre 2014.

-Bélinda.